à propos de recherche, par wikipédia

Il est faux de croire que la recherche mathématique se limite à la démonstration mécanique de théorèmes. L’une des méthodes les plus fructueuses de recherche mathématique est la mise en rapprochement de domaines a priori éloignés en mettant en lumière des phénomènes analogues (par exemple, la géométrie euclidienne et les équations différentielles linéaires). Voir des phénomènes analogues se produire peut conduire à vouloir adapter des résultats d’un domaine des mathématiques à un autre, à reformuler des éléments de démonstration en termes équivalents, à tenter une axiomatisation d’un objet (dans notre exemple, ce serait la notion d’espace vectoriel) qui regrouperait les deux domaines, … Dans ce dernier cas, ce nouvel objet deviendrait alors un objet d’étude par lui-même. Dans certains cas, l’identification d’objets a priori différents devient nécessaire : le langage des catégories permet de faire ce genre de choses.

Une autre méthode de recherche est la confrontation aux exemples et aux cas particuliers. Cette confrontation peut permettre de réfuter des propriétés qu’on pensait ou espérait être vraies (conjectures). Au contraire, elle peut permettre de vérifier des propriétés ou d’amener à les formaliser. Par exemple, en géométrie riemannienne, l’étude des surfaces (donc des objets en dimension 2) et de leurs géodésiques a finalement conduit Anosov à formaliser ce qui aujourd’hui est connu sous le nom de difféomorphisme d’Anosov, une transformation possédant d’intéressantes propriétés dynamiques.